22èmes RENCONTRES LITTÉRAIRES
DANS LE JARDIN DES PRÉBENDES, À TOURS

Vendredi 21 août 2020, de 17 h 30 à 19 h

 

« Victor Hugo, sa vie, son œuvre »

Portrait de Victor Hugo, encre de Chine de Catherine Réault-Crosnier.

 

Lire la présentation de cette rencontre.

 

Victor Hugo, ce géant de la littérature, écrivain romantique, poète, prosateur, dramaturge, né le 26 février 1802, mort le 22 mai 1885, n’a jamais fini de nous séduire tant son œuvre est dense, immense, profonde, humaine. Avant de partir sur le chemin de sa vie et de ses écrits, évoquons son lien avec la Touraine.

En effet, même si Victor Hugo est seulement passé en Touraine sans y résider, il a posé son pied en cette région et l’a décrite dans une lettre à sa femme, Adèle ; il lui raconte son voyage harassant en bateau à vapeur entre Nantes et Angers et son arrivée en Touraine pour deux jours. Les conditions n’étaient pas rassemblées pour qu’il apprécie vraiment la Touraine. Arrivé à Tours, le matin, après une nuit de voyage épuisant, il est reparti le soir pour dormir à Amboise où il passe la journée. Son meilleur souvenir de Tours reste celui de la ville ancienne qu’il décrit :

« Juge de mon désappointement ! Je suis arrivé à Tours ce matin à dix heures, après une affreuse nuit passée dans la rotonde d’une diligence. La rotonde d’une diligence, c’est évidemment le purgatoire. C’est égal, j’étais affamé de vos nouvelles à tous, affamé d’une lettre de toi. Je débarque, je cours à la poste. Rien ! Je m’attendais à dix lettres ! Le moment a été dur. Et puis je me suis mis à calculer. En effet, il n’y a pas de ta faute. Ma lettre de Brest n’a dû t’arriver que mercredi ou jeudi, et ta réponse ne pouvait être à Tours samedi matin. Je ne partirai que demain soir et j’irai coucher à Amboise. On me promet des lettres peut-être pour demain. – Oh ! j’ai besoin de savoir où vous en êtes tous, et si tu m’aimes, et si tu penses toujours à moi ! » (16 août 1834, 10 heures ½ du soir. – Victor Hugo, En voyage, France et Belgique, p. 8).

Il termine ainsi sa lettre du 16 août 1834 :

« À huit heures du soir, je suis remonté par bonheur en voiture, dans la rotonde en question, et je suis débarqué ce matin, moulu, à Tours, où il n’y a pas une lettre de toi pour me remettre l’âme et le corps. Plains-moi.

Tours, que j’ai visité aujourd’hui et où je suis l’objet de toutes sortes de persécutions admiratrices, Tours, où j’ai trouvé Lucrèce Borgia affichée en pleine foire, et le collège en émoi de mon arrivée, Tours est une belle ville. Force vieilles maisons, surtout en pierre, deux belles tours romanes, une superbe église romane qui sert d’écurie à l’hôtel de l’Europe, une ravissante fontaine de la Renaissance, de beaux débris de fortifications, et la cathédrale, qui est admirable, admirable d’architecture et de vitraux. Voilà tout ce que j’ai vu de Tours aujourd’hui. Je continuerai demain.
(…)

Demain je verrai Amboise, et je tâcherai de t’écrire. Écris-moi, toi, bien long. Si je reçois demain avant mon départ une lettre de toi, je clorai joyeusement celle-ci. » (id.)

Le lendemain, il lui donne de ses nouvelles :

« Pas de lettres encore aujourd’hui ! J’ai quitté Tours bien triste, en recommandant qu’on m’envoyât mes lettres à Orléans. Je suis à Amboise dont je visiterai le château demain. Je t’aime, mon Adèle. Baise pour moi Didine, Toto, Charlot et Dédé, mes bijoux. » (Lettre du 17 août 1834, 11 heures du soir. – Victor Hugo, En voyage, France et Belgique, p. 8).

Lors d’un voyage en 1843 dans les Pyrénées, il s’est arrêté à Amboise qui a retenu son attention :

« Amboise est une gaie et jolie ville, couronnée d’un magnifique édifice, à une demi-lieue de Tours, vis-à-vis de ces trois précieuses arches de l’ancien pont qui disparaîtront un de ces jours dans quelque embellissement municipal. » (écrit à Bordeaux, le 20 juillet 1843. – Victor Hugo, En voyage, Alpes et Pyrénées, p. 36).

Il peut aussi être plus ou moins élogieux sur la Touraine et la Loire alors que dans d’autres passages, il est conquis par ce fleuve et ses coteaux crayeux qu’il détaille avec finesse :

« (…) on a beaucoup trop vanté la Loire et la Touraine. Il est temps de faire et de rendre justice. La Seine est beaucoup plus belle que la Loire ; la Normandie est bien plus charmant « jardin » que la Touraine.

Une eau jaune et large, des rives plates, des peupliers partout, voilà la Loire. Le peuplier est le seul arbre qui soit bête. Il masque tous les horizons de la Loire. Le long de la rivière, dans les îles, au bord de la levée, au fond des lointains, on ne voit que peupliers. Il y a dans mon esprit je ne sais quel rapport intime, je ne sais quelle ineffable ressemblance entre un paysage composé de peupliers et une tragédie écrite en vers alexandrins. Le peuplier est comme l’alexandrin une des formes classiques de l’ennui. » (id., p. 35)

« Mais ce que la Loire a de plus pittoresque et de plus grandiose, c’est une immense muraille calcaire mêlée de grès, de pierres meulière et d’argile à potier, qui borde et encaisse la rive droite, et qui se développe au regard de Blois à Tours, avec une variété et une gaieté inexprimables, tantôt roche sauvage, tantôt jardin anglais, couverte d’arbres et de fleurs, couronnée de ceps qui mûrissent et de cheminées qui fument, trouée comme une éponge, habitée comme une fourmilière. » (id., p. 36)

Il décrit aussi l’abbaye de Marmoutiers en ruine :

« C’est une belle et grande chose que la ruine de l’abbaye de Marmoutiers. Il y a particulièrement, à quelques pas de la route, une construction du quinzième siècle le plus originale que j’ai vue : maison par sa dimension, forteresse par ses mâchicoulis, hôtel de ville par son beffroi, église par son portail-ogive. » (id., p. 36)

Par ailleurs, dans un de ses poèmes de son livre, Les Rayons et les ombres, Victor Hugo présente la Loire de manière positive ; il l’humanise, lui donnant voix, instinct maternel et douceur :

A M. le D. de ***

Jules, votre château, tour vieille et maison neuve,
Se mire dans la Loire, à l’endroit où le fleuve,
Sous Blois, élargissant son splendide bassin,
Comme une mère presse un enfant sur son sein
En lui parlant tout bas d’une voix recueillie,
Serre une île charmante en ses bras qu’il replie.
Vous avez tous les biens que l’homme peut tenir.
Déjà vous souriez, voyant l’été venir,
Et vous écouterez bientôt sous le feuillage
Les rires éclatants qui montent du village.
Vous vivez ! avril passe, et voici maintenant
Que mai, le mois d’amour, mai rose et rayonnant,
Mai, dont la robe verte est chaque jour plus ample,
Comme un lévite enfant chargé d’orner le temple,
Suspend aux noirs rameaux, qu’il gonfle en les touchant
Les fleurs d’où sort l’encens, les nids d’où sort le chant.
(…)

(Victor Hugo, Les rayons et les ombres, 1840, pp. 64 et 65)

 

Une partie du public lors de la Rencontre littéraire consacrée à la vie et l'œuvre de Victor Hugo, le 21 août 2020.

Une partie du public.

Après avoir donné les impressions de Victor Hugo lors de ses passages en Touraine, partons au fil de sa vie.

Sa biographie

Le père de Victor Hugo, Joseph Léopold Sigisbert Hugo, (1773 – 1828) est un officier français de la Révolution et de l’Empire. Il deviendra lieutenant général honoraire. Pour ses services, il a obtenu la Légion d’honneur et le titre de chevalier de Saint-Louis. Il a écrit ses Mémoires, des ouvrages de tactique militaire et un roman Aventure tyrolienne (publié sous le nom de S. Sigisbert). En 1897, il se marie avec Sophie Trébuchet. Conteur de talent, il saura plus tard captiver ses enfants dont Victor Hugo. (https://www.napoleon-empire.net/personnages/hugo.php)

Victor Hugo né le 26 février 1802 à Besançon, est leur troisième enfant. Dès l’âge de quatorze ans, passionné de lettres, il écrit « Je veux être Chateaubriand ou rien ». La même année, il crée un poème en trois chants, Le Déluge, thème qu’il utilisera dans son livre La Légende des Siècles. Un an après, il participe à un concours de poésie organisé par l’Académie française sur le thème « Bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vie ». Il reçoit simplement une mention, car au vu de son âge, les membres de l’Académie croient à un canular.

En 1822, Victor Hugo se marie avec Adèle Fouchet (1803 – 1868), à l’église Saint-Sulpice à Paris. Juste après leur union, le frère de Victor Hugo, Eugène, sombre dans la folie car il était amoureux fou en secret d’Adèle. Il est interné et y restera jusqu’à sa mort à 36 ans.

Victor et Adèle Hugo auront cinq enfants : Léopold né en 1823 et mort à trois mois, Léopoldine (1824 – 1848), Charles (1826 – 1871), François-Victor (1828 – 1875) et Adèle (1830 – 1915).

Au niveau politique, Victor Hugo a tout d’abord été un soutien de la monarchie, nommé Pair de France par Louis-Philippe, avant de devenir un farouche partisan de la république vers la fin de sa vie.

Victor Hugo participe au périodique La Muse française (publié en 1823 et 1824). La littérature prend peu à peu une place importante dans sa vie. Ses livres se succèdent à un rythme régulier dont Odes et Ballades en 1822 et Han d’Islande en 1823.

En 1831, son livre Notre-Dame de Paris a beaucoup de succès. Là, l’écrivain excelle dans un romantisme humaniste, près de ceux qui ont peu pour vivre tel Quasimodo, « borgne, bossu, cagneux » (Notre-Dame de Paris, 1831, Tome 1, p. 280) ou encore Esmeralda, belle et sans famille donc proie tentante pour les puissants assoiffés de possession. Victor Hugo décrit bien l’atmosphère de Paris à cette époque. Tout bouillonne de mouvement dès les premiers instants comme dans cette phrase : « Il y a aujourd’hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours, que les Parisiens s’éveillèrent au bruit de toutes les cloches sonnant à grande volée dans la triple enceinte de la Cité, de l’Université et de la Ville. » (id., p. 3)

Repartons au fil de la vie de Victor Hugo, amateur de voyage. À trente-sept ans (1839), il va en Alsace, Rhénanie, Suisse, Provence puis un an après, au bord du Rhin.

Victor Hugo est élu à l’Académie française en 1841 (le 7 janvier) et nommé Pair de France en 1845 (13 avril).

À quarante ans (1842), il publie un recueil de lettres fictives, le Rhin. Le 4 septembre 1843, sa fille Léopoldine et son mari Charles Vacquerie partent en promenade en bateau sur la Seine, à Villequier (Seine inférieure). La barque se retourne ; Léopoldine et son époux ainsi qu’un oncle et un neveu meurent noyés. Léopoldine avait dix-neuf ans. Victor Hugo restera marqué par ce fait.

À cette époque, ses écrits se succèdent à un rythme de création ininterrompue, lui permettant de vivre de sa plume.

Parmi les faits marquants en France, citons en février 1848 (22-24), la révolution qui renverse Louis-Philippe et l’engagement de Victor Hugo dans la vie de son pays, son élection comme député à l’Assemblée Constituante, le 4 juin 1848 et le 13 mai 1849, sa nomination comme député de Paris à l’Assemblée Législative.

Ensuite, le contexte politique devenant défavorable pour lui, Victor Hugo quitte la France pour Bruxelles le 11 décembre 1851. Le 31 juillet 1852, Mme Hugo avec leur fille Adèle et Auguste Vacquerie, frère du mari de Léopoldine, arrivent à Jersey ; ils sont rejoints par Victor Hugo le 5 août. Ils vivront trois ans à Jersey (1852 – 1855) puis quinze ans à Guernesey (1855 – 1870). Victor Hugo écrit beaucoup durant cette période d’exil et vit de sa plume.

Il crée aussi des poèmes philosophiques qui seront inclus dans les Contemplations et dans la Légende des Siècles (1853 – 1856). En 1853, paraît son livre Châtiments, grand ensemble né de sa fureur devant les injustices envers les petits, les fragiles, les malheureux, ceux qui n’ont pas de logis, presque rien à manger, ceux qui sont exploités, les femmes abîmées par la déchéance, les enfants mis très tôt au travail dans des conditions indignes. Il devient le poète de la colère.

En 1856, son livre Les Contemplations parait. Il correspond à un large panorama de ses poèmes, ceux de jeunesse à côté d’autres conçus entre 1841 et 1855 : « C’est l’existence humaine sortant de l’énigme du berceau et aboutissant à l’énigme du cercueil » (Les Contemplations, Tome 1, Préface, p. II), en lien avec le mystère de la vie et de l’univers. Dans sa préface, il explique que ce recueil est « le livre d’un mort » (id., p. I) car le premier tome s’arrête l’année où sa fille aînée, Léopoldine, est morte, noyée.

La fin de la Préface témoigne vraiment de son état d’esprit de l’écriture des Contemplations :

« On ne s’étonnera donc pas de voir, nuance à nuance, ces deux volumes s’assombrir pour arriver, cependant, à l’azur d’une vie meilleure. La joie, cette fleur rapide de la jeunesse, s’effeuille page à page dans le tome premier, qui est l’espérance, et disparaît dans le tome second, qui est le deuil. Quel deuil ? Le vrai, l’unique : la mort ; la perte des êtres chers.

Nous venons de le dire, c’est une âme qui se raconte dans ces deux volumes. Autrefois, Aujourd’hui. Un abîme les sépare, le tombeau. » (id., p. III)

En 1857, son livre en alexandrins La Légende des Siècles prend forme. Il le remaniera de nombreuses fois, le complétant, le corrigeant, l’annotant. La première publication a lieu en 1859. Ce livre en vers reste une œuvre immense dans laquelle Victor Hugo décrit un peuple en marche, luttant entre bien et mal, dans une grande fresque allant du début du monde à sa fin. Il utilise les alexandrins pour garder la solennité, la gravité du vécu, des fratricides, des guerres, des rancœurs, des soifs de pouvoir et d’argent à outrance.

En 1862, paraissent les dix tomes de son ensemble Les Misérables qu’il avait préparé durant trente ans. Là encore, nous côtoyons un monde immense, des champs de bataille avec Napoléon (Tome troisième) aux petites gens qui manquent de tout. Cette œuvre à la fois historique, politique, constitue une pièce maîtresse de sa production littéraire par son humanité et la force de sa pensée dans le contexte de son temps.

En effet, Victor Hugo ne reste jamais indifférent devant les évènements graves de son époque. Par exemple, il prend position lors de la révolte en France : « à Paris la guerre civile, à Lyon la guerre servile ; dans les deux cités la même lueur de fournaise ; (…),  » (Les Misérables, Tome septième, p. 55) Il devient un défenseur des « Droits de l’Homme », « pour la liberté de presse, pour la liberté individuelle, pour l’instruction du peuple, contre les impôts indirects. » (id., p. 73) Il n’hésite pas à décrire la pauvreté, la misère du peuple par exemple en décrivant le « faubourg Saint-Antoine, réservoir du peuple » dans les années 1893 (id., p. 77) : « Il y a dans ce faubourg de poignantes détresses cachées sous le toit des mansardes ; il y a aussi des intelligences ardentes et rares. C’est surtout en fait de détresse et d’intelligence qu’il est dangereux que les extrêmes se touchent. » (id., pp. 75 et 76)

À côté de sa révolte, il espère l’émergence d’un autre chemin : « Aucune chute à pic n’est nécessaire, pas plus en avant qu’en arrière. Ni despotisme, ni terrorisme. Nous voulons le progrès en pente douce. » (id., p. 79)

Dans son livre, Les Chansons des Rues et des Bois publié en 1865, ses poèmes renvoient à la poésie épique et métaphysique :

Je suis l’auditeur solitaire ;
Et j’écoute en moi, hors de moi,
Le Je ne sais qui du mystère
Murmurant le Je ne sais quoi.

(Les Chansons des Rues et des Bois, p. 103)

La même année (1866), son livre Les Travailleurs de la Mer est édité. Victor Hugo capte notre attention dès le début, en nous emportant sur le chemin de vie de Gilliat, homme qui a perdu sa mère et devient de plus en plus taciturne. Voici un extrait du chapitre « Impopularité » où nous comprenons le mal d’être viscéral de ce solitaire :

« A un recensement qui s’était fait dans l’île, interrogé sur sa profession, il avait répondu : – Pêcheur, quand il y a du poisson à prendre. – Mettez-vous à la place des gens, on n’aime pas ces réponses-là.

La pauvreté et la richesse sont de comparaison. Gilliatt avait des champs et une maison, et, comparé à ceux qui n’ont rien du tout, il n’était pas pauvre. Un jour, pour l’éprouver, et peut-être aussi pour lui faire une avance, car il y a des femmes qui épouseraient le diable riche, une fille dit à Gilliatt : Quand donc prendrez-vous donc femme ? Il répondit : Je prendrai femme quand la Roque qui Chante prendra homme.

Cette Roque qui Chante est une grande pierre plantée droite dans un courtil proche (…) ».

(Les Travailleurs de la Mer, tome premier, pp. 26 et 27)

Victor Hugo revient le 5 septembre 1870 à Paris. Parallèlement à sa vie d’écrivain, il reste engagé dans son époque. En 1871, il est nommé député de Paris.

Son fils Charles Hugo décède le 13 mars 1871 ; ses deux enfants Georges (né le 16 août 1868) et Jeanne (née le 29 septembre 1869), sont élevés par Victor Hugo. Il n’a pas été sévère avec eux comme avec ses enfants, mais il n’avait pas le même âge, soixante-six ans à la naissance de l’aîné et soixante-sept ans à celle de la deuxième. Il n’était pas en exil sans savoir quel serait son avenir. Il était devenu un homme célèbre et leur a consacré de nombreux poèmes.

Un an après (1872), Victor Hugo fait paraître L’Année terrible en lien avec la gravité des émeutes du peuple manquant de l’essentiel, nourriture, logement. Il utilise des mots très forts et sombres pour décrire ce contexte dans lequel souffrent et meurent beaucoup de petites gens du peuple, par le froid et la misère, comme dans ces deux extraits :

Que restera-t-il de toute cette neige,

Voile froid de la terre au suaire pareil,

Demain, une heure après le lever du soleil ?

(L’Année terrible, p. 14)

Ah ! c’est un rêve ! non ! n’y consentons point.

Dresse-toi, la colère au cœur, l’épée au poing,

(…)

(L’Année terrible, p. 77)

Victor Hugo n’était pas proche de sa seconde fille Adèle (1830 – 1915) qui a eu envie de liberté dès son adolescence. Celle-ci reste marquée par la période d’exil et dans sa soif d’indépendance, elle est partie à Halifax et à la Barbade pour suivre le lieutenant Pinson qu’elle aimait. Quand l’idylle prend fin, elle revient en France en 1872. Elle est alors internée à trente-deux ans et y restera jusqu’à sa mort en 1915, soit pendant quarante-trois ans. À ce sujet, nous pouvons donner le point de vue d’Henri Gourdin, spécialiste des premières biographies et de la période romantique, qui a fait paraître Adèle, l’autre fille de Victor Hugo, en 2005 aux éditions Ramsès. Nous découvrons un autre visage de celle que son père appelait « la folle ». Henri Gourdin la décrit « belle, talentueuse, féministe (…) ». Il raconte sa jeunesse en exil avec « son géant de père sur les îles anglo-normandes où comme sa mère et ses frères, elle devait être entièrement vouée, dévouée à l’écrivain. Un jour, elle se rebelle et s’enfuit à l’autre bout du monde sur les traces d’un militaire, le bel Albert Pinson. » À son retour en 1872, Victor Hugo la fait enfermer dans une maison de repos, « maison de folles ». Henri Gourdin se pose la question de cet emprisonnement durant quarante-trois années. « Cette biographie tente d’élucider les nombreux mystères qui planent sur cette existence, à partir d’une lecture attentive du journal d’Adèle (six mille pages connues). En établissant la responsabilité du père, cette analyse a aussi pour mérite de révéler sous un jour inconnu la figure du grand homme. » (extrait de la présentation du livre) Cet ouvrage est préfacé par Adèle Hugo, l’arrière-petite-nièce d’Adèle Hugo, fille du peintre Jean Hugo, ami de Cocteau, Radiguet, Louise de Vilmorin… (https://www.babelio.com/livres/Gourdin-Adele-lautre-fille-de-Victor-Hugo-1830-1915/61427) (https://www.babelio.com/livres/Gourdin-Les-Hugo/829802)

En 1873, Victor ayant une liaison avec Blanche Lanvin, il lui écrit des poèmes d’amour, par exemple En Grèce !

En 1874, il fait publier Quatrevingt-treize en trois volumes, puis en 1875 et 1876, Actes et Paroles.

En 1876, il est élu sénateur de Paris.

En 1877, paraît L’Art d’être grand-père et la suite de La Légende des siècles et en 1879 La Pitié suprême. En 1880, son livre philosophique Religions et Religion est publié. Il reflète sa pensée différente selon les périodes de sa vie et son vécu. L’année suivante (1881), est édité dans le même registre, son livre Quatre vents de l’esprit.

Victor Hugo meurt à Paris, le 22 mai 1885. La Fin de Satan et Dieu paraîtront en posthume.

Même si la vie de Victor Hugo contient des zones d’ombre, n’oublions pas qu’il a aussi été engagé dans la vie politique et sociale de son temps ; il a pris de multiples prises de position qui l’ont condamné à l’exil. Il reste une figure emblématique de la Troisième République. Un hommage lui fut rendu lors de ses funérailles nationales (22 mai 1885) avant son transfert neuf jours plus tard (le 31 mai), au Panthéon.

Il a aussi été mis à l’honneur dans le monde philatélique. Pour la France, en 1933, son portrait de près, à 1,25 F (en médaillon entouré de feuilles de laurier, dans les teintes lilas rose – Yvert et Tellier n° 293) ; en 1935, son portrait à 1,25 F pour célébrer le cinquantenaire de sa mort (dans les teintes lilas rose – Yvert et Tellier n° 304) ; en 1936, un timbre de Victor Hugo de face de valeur faciale 50 c + 10, portant en bas l’inscription « Pour les chômeurs intellectuels » (couleur rouge brique, Yvert et Tellier n° 332 ; en 1938, 65c + 10 le même sur fond outremer (Yvert et Tellier n° 383) ; en 1985, dans la série « Personnages célèbres », un portrait en gros plan de Victor Hugo avec sa signature, en violet sur fond blanc, à 2,10 F + 0,50 (surtaxe au profit de la Croix-Rouge – Yvert et Tellier n° 2358) ; et en 2015, une plaquette dans la série « Trésors de la Philatélie », de cinq timbres identiques représentant le portrait de Victor Hugo de 1933 (quatre timbres à 1,75 € et un à 2,00 €, soit un total de 9,00 €).

Des personnages emblématiques des livres de Victor Hugo, ont aussi été représentés, en 1953 Hernani (Yvert et Tellier n° 944) et en 2003 Vidocq, dans la série « Destinées romanesques » (Yvert et Tellier n° 3588).

 

Imprégnons-nous maintenant de son œuvre, principalement celle en prose, pour approfondir sa poésie dans une deuxième conférence.

Dans Notre-Dame de Paris, immense ensemble paru en 1831 chez l’éditeur Gosselin, composé de neuf livres en deux tomes, puis une nouvelle version plus complète en 1832 chez l’éditeur Renduel, composée de onze livres en trois tomes, nous partons près d’une foule de personnages toujours décrits avec art. Nous suivons le flot de l’histoire et le bouillonnement de la vie dans le quartier de la cathédrale de Paris. Les titres des chapitres sont significatifs du dynamisme ambiant et de la diversité des thèmes abordés de : « La grand’salle » où la justice est rendue (Notre-Dame de Paris, 1832, Tome premier, p. 23) à Esmeralda (id., p. 127), de « Paris à vol d’oiseau » où l’auteur nous emporte près des clochers (id., p. 265) à la vie au sol, dans les rues, les quartiers jouxtant la Seine, du carillonneur de Notre-Dame (id., p. 341) au monde souterrain dont le lieu-dit « Le trou-aux-Rats » (Tome second, p. 87), « Du danger de confier son secret à une chèvre. » (id., p. 165) à « Fin de l’écu changé en feuille sèche » (id., p. 343), de « Fièvre » (Tome troisième, p. 9) à « Grégoire a plusieurs bonnes idées de suite rue des Bernardins »… (id., p. 89). Cette liste n’est pas exhaustive et se termine par le « Mariage de Quasimodo » (id., p. 345).

Ici, Victor Hugo sensible à la misère du peuple, laisse une place aux petits, aux rejetés tel Gringoire qu’il présente hardiment à côté des puissants dans un style dynamique, nous entraînant dans le tourbillon de la vie (Tome premier, p. 99). Dans la cohue de la rue lors de la fête de Noël, quelqu’un rit d’un personnage qui aura une place importante dans ce roman et sera présent près d’Esmeralda en final :

« – C’est Quasimodo, le sonneur de cloches ! c’est Quasimodo, le bossu de Notre-Dame ! Quasimodo le borgne ! Quasimodo le bancal ! Noël ! Noël ! » (id., p. 119)

À côté de côté de Grégoire qui distrait le peuple avec ses mystères, Esmeralda est une figure incontournable de ce livre. Quand elle apparaît, le monde se transforme, s’anime. Victor Hugo nous entraîne avec elle dans une sorte de danse, de voltige où tout peut apparaître, disparaître :

« – En vérité, pensa Grégoire, c’est une salamandre ; c’est une nymphe, c’est une déesse, c’est une bacchante du mont Ménaléen !

En ce moment une des nattes de la chevelure de la « salamandre » se détacha, et une pièce de cuivre jaune qui y était attachée, roula à terre.

– Hé non, dit-il, c’est une bohémienne. » (id., p. 148)

Même si Grégoire est désenchanté car sa présentation théâtrale est arrêtée par elle, il ne peut que reconnaître le talent de cette femme fascinante, envoutante car « l’ensemble de ce tableau n’était pas sans prestige et sans magie (…). » (id., p. 149)

Partout, au fil de l’histoire, nous voguons parmi mille cachettes pour pauvres ou riches telle celle de l’archidiacre. Le bedeau confie à celui qui la découvre : « je ne vous conseille pas de l’y déranger, à moins que vous ne veniez de la part de quelqu’un comme le pape ou monsieur le roi. » (Tome second, p. 226) Cet instant-là est magique, car il montre combien la puissance a de force et fait peur.

Dans le chapitre « Utilité des fenêtres qui donnent sur la rivière », nous côtoyons les traquenards, les soupçons, les intrigues et l’héroïne ; Esmeralda, devient le jouet des grands par son innocence confiante. (id., p. 298)

Victor Hugo n’hésite pas à nous montrer la cruauté humaine envers ceux qui sont faibles comme dans cette tirade :

« Fille bohème, le jour qu’il plaira au roi notre sire, à l’heure de midi, vous serez menée dans un tombereau, en chemise, pieds nus, la corde au cou, devant le grand portail de Notre-Dame, (…) et de là serez menée en place de Grève, où vous serez pendue et étranglée au gibet de la ville (…). » (id., p 348)

Souvent le bossu difforme, Quasimodo, croise les chemins d’Esmeralda. Un jour, elle est en grand danger. Il l’aide et la loge près de sa demeure, tout en haut des tours de Notre-Dame. Elle lui dit : « Pourquoi m’avez-vous sauvée ? » (Tome troisième, p. 38) mais très vite, il disparaît ; plus tard, il lui parle sans se montrer pour qu’elle n’ait pas peur de son aspect difforme. Elle est étonnée des « paroles singulières de cet être presque monstrueux, et frappée par le son de sa voix qui était si rauque et pourtant si douce. » (id., p. 39)

Bientôt l’assaut est donné à Notre-Dame pour prendre Esméralda (id., p. 174). Victor Hugo nous emporte dans une saga entre vie et mort, par le dynamisme de son écriture au service de la réhabilitation des petites gens et animaux, où la chèvre donne le signal d’alarme à sa manière, où une fée semble ouvrir les yeux. Mais qui gagnera ?

« Au moment où les truands avaient assailli l’église, la Esmeralda dormait.

Bientôt la rumeur croissante tout autour de l’édifice et le bêlement inquiet de sa chèvre éveillée avant elle l’avaient tirée de ce sommeil. Elle s’était levée sur son séant, elle avait écouté, elle avait regardé ; puis, effrayée de la lueur et du bruit, elle s’était jetée hors de la cellule et avait été voir. » (id., pp. 255 et 256)

Elle est recherchée pour être pendue. Quand approche l’heure de sa condamnation à mort pour avoir fait mourir un enfant, crime qu’elle n’a pas commis, une femme est là et l’accuse, brandissant un soulier de satin, dernier souvenir de sa fille volée, enlevée par une Égyptienne. Pour cette mère, c’est la preuve absolue qu’Esmeralda est celle qui a enlevée sa fille pour prendre sa place. Alors un miracle se produit car Esmeralda porte autour du cou, le soulier de satin identique et elle le montre à cette femme en gage de preuve. (id., p. 289)

Celle-ci veut maintenant la sauver mais comment ? L’échafaud est prêt (id., pp. 316 à 318). Il est trop tard ; Esmeralda est pendue. Plus tard, Quasimodo est retrouvé mort, tendrement enlacé à Esmeralda dans son tombeau mais il est irréfutable qu’il a fait ce choix car : « Il n’avait d’ailleurs aucune rupture de vertèbres à la nuque, et il était évident qu’il n’avait pas été pendu. » (id., p. 349) Victor Hugo proche des petits, des égarés, des rejetés, termine son roman par une phrase emplie d’émotion où l’amour a le dernier mort au-delà de temps : « L’homme (…) était donc venu là, et il y était mort. » Ils étaient liés dans la mort car « Quand on voulut le détacher du squelette qu’il embrassait, il tomba en poussière. » (id., p. 349)

 

Nous allons nous imprégner un instant de La Légende des Siècles, livre constitué de cinq volumes en alexandrins, car nous le détaillerons dans une deuxième conférence. Citons un poème (de la première série) en lien avec la guerre, témoignant qu’une étincelle d’humanité peut toujours surgir du chaos meurtrier.

APRÈS LA BATAILLE

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié,
Et qui disait : « A boire! à boire par pitié ! »
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: « Caramba ! »
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

(La Légende des Siècles, Première série, tome second, pp. 173 et 174)

 

Trois ans plus tard, dans son recueil Les Contemplations (1856), Victor Hugo a rassemblé des poèmes de très nombreuses années, de sa jeunesse au temps présent. Il lie souvenir, amour, la joie et mort. S’y mêle étonnamment une empreinte mystique. Dans une courte préface, Victor Hugo nous transmet la force de ses pensées. Blessé par la vie puis exilé, il aborde des thèmes fondamentaux en gardant confiance en l’avenir, envers et contre tout. Il écrit :

« Qu’est-ce que les Contemplations ? C’est ce qu’on pourrait appeler, si le mot n’avait quelque prétention, les Mémoires d’une âme. »
(…)

Une destinée est écrite là jour à jour.

(…) Traverser le tumulte, la rumeur, le rêve, la lutte, le plaisir, le travail, la douleur, le silence ; se reposer dans le sacrifice, et, là, contempler Dieu ; commencer à Foule et finir à Solitude, n’est-ce pas les proportions individuelles réservées, l’histoire de tous ? » (Tome I, pp. I à III)

Victor Hugo développe ensuite l’histoire de sa vie, imprégnée de ses souvenirs entre vie et mort. Assumant sa destinée, il nous emporte dans une atmosphère lyrique, liant universel et intime. Nous détaillerons ce livre dans une deuxième conférence centrée sur sa poésie, nous limitant ici à un poème écrit le 3 septembre 1847, donc trois ans après la mort de sa fille Léopoldine pour exprimer son souvenir en lien avec la nature :

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et, quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

(Les Contemplations, tome II, pp. 49 et 50)

 

Dans son roman Les Misérables (1862), immense en intensité de pensée et en force d’expression, (livre composé de dix tomes), Victor Hugo reste proche des petits, des fragiles, des bannis. Il intitule le premier chapitre « Fantine » du nom d’une femme sans argent ni secours, devenue prostituée pour survivre. Il nous présente tout d’abord « Un juste », M. Myriel, qui à partir de la Révolution, devint un autre homme. Ce prêtre hors du commun, devenu Mgr Myriel, évêque de Digne, est vite remarqué pour son charisme. En effet, juste installé dans son palais épiscopal, il explique au directeur de l’hôpital jouxtant sa demeure : « Vous êtes vingt-six personnes dans cinq ou six chambres. Nous sommes trois ici, et nous avons place pour soixante. Il y a erreur, je vous dis, vous avez mon logis et j’ai le vôtre. » (Les Misérables, Tome premier, p. 12) « Le lendemain, les vingt-six pauvres étaient installés dans le palais de l’archevêque et l’évêque était à l’hôpital. » (id.)

Plus tard, laissant toujours sa porte ouverte, il accueille avec respect, Jean Valjean, un bagnard juste libéré et refusé partout. Durant la nuit, Jean Valjean se réveille et va dans la chambre de l’évêque, prêt à faire un mauvais coup mais il s’arrête devant « cette figure où tout était espérance et où tout était confiance, cette tête de vieillard et ce sommeil d’enfant. » (id., p. 250) Le lendemain, juste avant le départ de Jean Valjean, l’évêque lui apporte un message fort tel un viatique pour la route : « – Jean Valjean, mon frère, vous n’appartenez plus au mal, mais au bien. C’est votre âme que je vous achète ; je la retire aux pensées noires et à l’esprit de perdition, et je la donne à Dieu. » (id., p. 259)

Dans la deuxième partie, après Waterloo et le temps des batailles, Victor Hugo nous emporte près de la fille de Fantine, Cosette, très tôt orpheline, exploitée par une tenancière, Mme Thénardier. Une nuit, elle lui ordonne d’aller chercher de l’eau au puits. Le seau est lourd, elle peine et tout-à-coup, il ne pèse plus. « Une main, qui lui parut énorme, venait de saisir l’anse et la soulevait vigoureusement. Elle leva la tête. Une grande forme noire, droite et debout, marchait auprès d’elle dans l’obscurité. (…) Il y a des instincts pour toutes les rencontres de la vie. L’enfant n’eut pas peur. » (Les Misérables, Tome troisième, pp. 221 et 222) C’est Jean Valjean qui aide Cosette, exploitée par des paysans. Il leur dit « de cette voix qu’il s’efforçait de rendre indifférente et dans laquelle il y avait un tremblement : – Et si on vous en débarrassait ? (…) La face rouge et violente de la gargotière s’illumina d’un épanouissement hideux. – Ah, monsieur ! mon bon monsieur ! prenez-la, gardez-la, emmenez-la, sucrez-la, truffez-la, buvez-la, mangez-la, et soyez béni de la bonne sainte Vierge et de tous les saints du paradis ! » (id., p. 282)

Par le talent de Victor Hugo, nous comprenons de suite que ces gens qui exploitent Cosette, les Thénardier, n’ont pas fait acte de bienfaisance en accueillant cet enfant mais l’ont pris pour la faire travailler, l’exploiter sachant qu’elle n’aura personne pour la défendre. Jean Valjean va soustraire Cosette de l’emprise de sa tenancière et devenir alors un autre homme, capable de faire le bien. À partir de ce moment, Jean Valjean, aidera Cosette durant son enfance et adolescence, la logeant, la cachant pour la sauver des prédateurs. Il sera un père pour elle avant qu’elle ne vole de ses propres ailes. Victor Hugo a osé réhabiliter envers et contre tout, ce bagnard juste libéré et déclaré d’office coupable de crimes odieux pour toujours.

Quand Cosette arrive à l’âge de l’amour, c’est un grand bouleversement pour cet homme qui l’a élevée comme un père. Il souffre : « Souvent, au milieu de la nuit, il se relevait pour écouter le chant reconnaissant de ces créatures innocentes et accablées de sévérités, et il se sentait froid dans les veines en songeant à ceux qui étaient châtiés justement n’élevaient la voix vers le ciel que pour blasphémer, et que lui, misérable, il avait montré le poing à Dieu. » (Tome quatrième, p. 308). Alors, la voyant grandir, devenir belle, ayant soif de liberté, il souffre car il comprend qu’il la tient prisonnière avec « des grilles, des verrous, des barreaux de fer, pour garder qui ? Des anges. (…) C’était un lieu d’expiation, et non de châtiment ; et pourtant il était plus austère encore, plus morne et plus impitoyable que l’autre. » (id., p. 309) Il pressent que d’une certaine manière, il la tient en cage, qu’elle ne sera pas toujours présente en devenant majeure, qu’elle s’éloignera pour mener sa propre vie.

Victor Hugo ne juge pas les gens par leur position sociale ni par les apparences, ni par leur notoriété cependant il ne condamne personne d’office et laisse la porte ouverte à l’évolution de la pensée. Il écrit : « Le bourgeois, c’est l’homme qui a maintenant le temps de s’asseoir. Une chaise n’est pas une caste. Mais, pour vouloir s’asseoir trop tôt, on peut arrêter la marche même du genre humain. Cela a été souvent la faute de la bourgeoisie. » (Tome septième, pp. 21 et 22)

Plus loin, dans son livre, nous côtoyons la vie de famille de Cosette jeune adulte, mariée à Marius, un garçon riche, très amoureux d’elle. Elle est à l’aise dans cette vie facile mais pas Jean Valjean qui a si longtemps vécu dans la pauvreté et s’est dévoué corps et âme pour la sortir de l’enfer de son enfance. Elle ne peut oublier son bienfaiteur mais lui, semble s’effacer devant sa vie et ne voudrait pas lui nuire. Il se fait petit et cherche à se faire oublier. Marius finit par s’agacer de ce père incompréhensible. Quand Cosette comprend qu’il se laisse mourir, elle continue de le soutenir. Dans le livre « Suprême ombre, suprême aurore » Victor Hugo a les mots du cœur pour traduite l’intensité d’émotion de ce moment :

« – Père ! Père ! vous vivrez. Vous allez vivre. Je veux que vous viviez, entendez-vous !

Jean Valjean leva la tête vers elle avec adoration.

– Oh oui, défends-moi de mourir. Qui sait ? J’obéirai peut-être. J’étais en train de mourir quand vous êtes arrivés. Cela m’a arrêté, il m’a semblé que je renaissais. » (Tome dixième, pp. 291 et 292)

Jean Valjean, même s’il sait qu’il va mourir, est heureux de pouvoir contempler celle qu’il a sauvée et qui par ricochet, sans le savoir, l’a sauvé du lourd engrenage de son passé. Victor Hugo décrit avec humanité, le mourant et traduit avec talent, l’intensité de ce moment de retrouvailles :

« Jean Valjean se tourna vers Cosette. Il se mit à la contempler comme s’il voulait en prendre pour l’éternité. A la profondeur d’ombre où il était déjà descendu, l’extase lui était encore possible en regardant Cosette. La réverbération de ce doux visage illuminait sa face pâle. Le sépulcre peut avoir son éblouissement. » (id., p. 294)

Le docteur présent, leur confirme avec tact :

« – Ah ! c’est vous qu’il lui fallait ! murmura-t-il en regardant Cosette et Marius.

Et se penchant à l’oreille de Marius, il ajouta très-bas :

– Trop tard. » (id., p. 294)

Victor Hugo a choisi de terminer ce livre empli d’une grande force d’humanité au-delà de la vie et de la mort, par l’épitaphe écrite au crayon sur la tombe de Jean Valjean :

« Il dort. Quoique le sort fût bien étrange,
Il vivait. Il mourut quand il n’eut plus son ange ;
La chose simplement d’elle-même arriva,
Comme la nuit se fait lorsque le jour s’en va. » (id., p. 306)

 

Dans L’Art d’être grand-père (1877), paru à une époque de grand bouleversement politique, ce grand écrivain traite de l’enfance sous de multiples aspects, en particulier après la naissance de ses deux petits-enfants, Georges-Victor Hugo (1868 – 1925) et Jeanne Hugo (1869 – 1941) qui lui apportent spontanément la joie. À côté de la dureté du présent, des guerres, de la misère, ils sont pour lui deux rayons de soleil.

L’aîné, George veille sur sa petite sœur Jeanne et le grand-père, Victor Hugo, revit à travers eux.

(…)
Georges a le sentiment de sa grandeur ; il rit
Mais il protège, et Jeanne a foi dans son esprit ;
George surveille avec un air farouche
Cette enfant qui parfois met un doigt dans sa bouche ;
Les sentiers sont confus et nous nous embrouillons.
Comme tout le bois sombre est plein de papillons,
Courons, dit George. Il veut descendre. Jeanne est gaie.
Avec eux, je chancelle, avec eux, je bégaie.
Oh ! l’adorable joie, et comme ils sont charmants !
(…)

(L’Art d’être grand-père, pp. 36 et 37)

Victor Hugo écrit plus de poèmes sur Jeanne, la deuxième et petite dernière, peut-être parce qu’elle est plus fragile, plus petite et attendrissante alors que Georges, l’aîné, restait plus sérieux dans son rôle de protecteur de sa sœur. Jeanne, plus rêveuse, garda plus longtemps sa spontanéité naïve ce qui comblait son grand-père.

JEANNE FAIT SON ENTRÉE

Jeanne parle ; elle dit des choses qu’elle ignore ;
Elle envoie à la mer qui gronde, au bois sonore,
A la nuée, aux fleurs, aux nids, au firmament,
A l’immense nature un doux gazouillement,
Tout un discours, profond peut-être, qu’elle achève
Par un sourire où flotte une âme, où tremble un rêve,
Murmure indistinct, vague, obscur, confus, brouillé,
Dieu, le bon vieux grand-père, écoute émerveillé.

(id., pp. 9 et 10)

 

En conclusion de cette première partie, Victor Hugo, ce grand romantique à l’œuvre immense, nous emporte près des pauvres et des riches, des vivants et des morts, des guerres terribles et des moments de paix, dans le rêve et la dureté de la vie, et aussi près des refuges tels ses petits-enfants. Ses écrits souvent en alexandrins ne peuvent pas nous laisser indifférents par leur message pour traduire des thèmes forts, la guerre, l’injustice et des vers plus courts pour aborder la force de son émotion, par exemple devant l’enfance retrouvée.

Alors, nous vous disons : « Au plaisir de vous retrouver vendredi 28 août, pour la deuxième partie concernant la poésie de Victor Hugo ».

 

Catherine Réault-Crosnier

Mai / août 2020.

 

 

Bibliographie : (classée dans l’ordre de citation dans la conférence)

Ouvrages de Victor Hugo ayant servi pour les extraits :

– Victor Hugo, En voyage, France et Belgique, Librairie du Victor Hugo illustré, Paris, 18??, 104 pages.

– Victor Hugo, En voyage, Alpes et Pyrénées, Librairie du Victor Hugo illustré, Paris, 18??, 120 pages.

– Victor Hugo, Les rayons et les ombres, Ch. Gruaz imprimeur-éditeur, Genève, 1840, 180 pages.

– Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, Eugène Renduel éditeur, Paris, 1832, Tome premier : 380 pages, Tome second : 428 pages ; Tome troisième : 352 pages.

– Victor Hugo, Les Contemplations, Michel Lévy frères libraires-éditeurs, Paris, 1856, Tome I Autrefois 1830–1843 : III + 359 pages, Tome II Aujourd’hui 1845–1855 : 408 pages.

– Victor Hugo, Les Misérables, Pagnerre libraire-éditeur, Paris, 1862, Tome premier : II + 355 pages, Tome deuxième : 382 pages, Tome troisième : 358 pages, Tome quatrième : 318 pages, Tome cinquième : 320 pages, Tome sixième : 297 pages, Tome septième : 432 pages, Tome huitième : 399 pages, Tome neuvième : 400 pages, Tome dixième : 311 pages.

– Victor Hugo, Les Chansons des Rues et des Bois, Librairie internationale, Paris, et A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie éditeurs, Bruxelles, Leipzig et Livourne, 1865, 440 pages.

– Victor Hugo, Les Travailleurs de la Mer, Librairie internationale, Paris, et A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie éditeurs, Bruxelles, Leipzig et Livourne, 1866, Tome premier : VIII + 326 pages, Tome deuxième : 327 pages, Tome troisième : 279 pages.

– Victor Hugo, L’Année terrible, Michel Lévy frères éditeurs, Paris, 1872, III + 331 pages.

– Victor Hugo, La Légende des Siècles, Première série, Michel Lévy frères – Hetzel et Cie, Paris, Tome premier : XVII + 272 pages, Tome second : 270 pages ; Nouvelle série, Calmann Lévy éditeur, Paris, 1877, Tome premier : XV + 321 pages, Tome second : 395 pages ; Tome cinquième et dernier, Calmann Lévy éditeur, Paris, 1883, 328 pages.

– Victor Hugo, L’Art d’être grand-père, Calmann Lévy éditeur, Paris, 1877, 323 pages.

 

Sites Internet cités :

https://www.napoleon-empire.net/personnages/hugo.php

https://www.babelio.com/livres/Gourdin-Adele-lautre-fille-de-Victor-Hugo-1830-1915/61427

https://www.babelio.com/livres/Gourdin-Les-Hugo/829802